Événements Nos courses

Discussion in 'Chapters' started by Bruno orteils d'acier, Oct 27, 2013.

  1. mido

    mido
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    May 19, 2019
    Messages:
    40
    Likes Received:
    44
    @Florent85 : le trail de la dent de Crolles et ultra d'Oyonnax, tu le fais en PN ou en minimaliste ?
     
  2. Florent85

    Florent85
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    May 29, 2016
    Messages:
    226
    Likes Received:
    605
    Salut Mido, et bienvenue ici (puisque je ne l'ai pas dit sur le fil dédié) ;)

    L'an dernier j'avais fait le km vertical pieds nus, et le 23km en huaraches que j'avais plusieurs fois déchaussées, notamment dans les côtes sévères où le lacet au niveau du talon faisait trop pression sur le tendon d'Achille, et dans les zones techniques j'étais aussi très à mon aise pieds nus. Cette année je pense refaire la même chose. Je suis sûrement en capacité de tout faire pieds nus, mais il y a trop de passages très rocailleux/gravillonneux qui auraient pour conséquence de faire chuter exagérément ma moyenne... (bon après si je ne change pas mes lacets d'ici là je risque d'être contraint de finir pieds nus, de toutes façons ;))

    NB : c'est vrai qu'en ce moment je me fais régulièrement mal pieds nus, c'est probablement du aussi au fait qu'étant de + en + à l'aise, je peux courir de + en + vite sur des revêtements non optimaux, sauf que pour peu qu'il y ait un dévers humide ou un caillou mal appréhendés (d'ailleurs d'autant + difficile à appréhender que la vitesse est élevée, évidemment), bim :blackeye:, et là ça fait d'autant + mal que la vitesse est élevée... Donc je sens que je dois trouver un équilibre : ne pas trop tenter le diable en étant pieds nus coûte que coûte, mais ne pas m'empêcher non + de prendre quelques risques de temps en temps, parce que c'est comme ça qu'on progresse aussi je pense...

    Edit : et j'ai oublié de répondre au sujet de l'ultra d'Oyonnax... Je compte courir essentiellement en huaraches, je ne sais pas encore combien de distance je courrai précisément mais ce serait au moins 100km d'une traite a priori... et je ne m'estime pas capable de courir une telle distance pieds nus aujourd'hui, qui + est sur un revêtement parfois très caillouteux. Ce que je pourrais faire néanmoins, c'est faire les 10-15 premiers km pieds nus, pour m'éviter d'opter pour une foulée non adéquate (cf CR de la dernière édition, sur ce fil) : question foulée, c'est + facile de se tromper en minimalistes que pieds nus, selon moi.
     
    #902 Florent85, Jun 2, 2019
    Last edited: Jun 2, 2019
    Rémi, mido and c17 like this.
  3. c17

    c17
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    Nov 21, 2016
    Messages:
    364
    Likes Received:
    757
    Salut !

    Aujourd'hui c'était le cross de Bercy 2019 ! :)

    En 2017 j'avais participé au 5 kms. En 2018 nous n'avions pas pu participer (grève de train, seulement 2 personnes de dispo au boulot dont une qui ne voulait pas conduire à Paris (mon collègue) et l'autre dont la voiture est trop vieille et n'a plus le droit de rouler dans Paris (moi)). Nous voici donc rendus à l'édition 2019, et cette fois ci pour ce sera pour moi le 10 kms (c'est 5 ou 10). Accessoirement, c'est aussi ma première course de l'année.

    L'évènement est réservé aux agents du ministère des finances et se déroule autour du lac Daumesnil à Paris. Après un trajet qui m'a paru interminable (bouchons, et quelque chose comme 3 heures pour faire Amiens-Paris), nous arrivons 10 minutes avant le départ du 5 kms qui concernait un de mes collègues. Ouf !

    Une fois le départ du 5 kms donné, je descends sur la pelouse (synthétique) du vélodrome Jacques Anquetil pour un petit échauffement. Environ 2 kms avec des levers de genou et des talons fesse, classique. Pas vraiment le temps de faire beaucoup plus, les coureurs du 5 kms commencent à arriver et le départ du 10 kms va bientôt être donné.

    Donc je retire mon pantalon et mon T-Shirt à manches longues pour dévoiler mon superbe habit de cro-magnon, je prends mon os et je me dirige vers le départ. Oui, je serai cette année encore le seul pied-nudiste, et le seul déguisé. Tant qu'à se faire remarquer, hein... :D

    Ensuite ça part pour deux tours de 5 kms. Hormis quelques centaines de mètres sur le billard du vélodrome, le tracé alterne asphalte en état moyen, chemins de terre et gravillons pas méchants. Néanmoins, je ne sais pas si c'est dû aux récentes pluies (voir la discussion à ce sujet dans le thread "les sorties du jour"), mais j'ai trouvé certains chemins moins agréables qu'il y a deux ans. Mais bon, ça reste largement courable pieds-nus. Le parcours est globalement plat avec peut-être un ou deux très légers faux-plats, mais on ne peut pas parler de dénivelé.

    Ce que je n'ai pas aimé par contre, c'est qu'à deux endroits il y avait du verre cassé. Et pas des gros morceaux facilement évitables, plutôt des petites esquilles difficilement visibles éparpillées sur plusieurs mètres. Bon, au moins j'avais plus ou moins repéré les endroits pour la seconde boucle.

    Nous sommes environ 800 au départ et les chemins ne sont pas partout très larges. Ca ne bouchonne pas, mais en début de course j'ai quand même l'impression d'être un peu englué dans un gros paquet de coureurs. Au final ce n'est pas plus mal car je suis peut-être parti un peu vite, et j'aurai probablement accéléré encore plus si ça avait été plus clairsemé.

    Je double au début, et puis la course avançant je me retrouve au milieu de gens allant plus ou moins à ma vitesse, il n'y a plus de gros dépassements comme on peut en voir en début de course.

    Ma tenue attire pas mal l'attention et j'ai le droit a beaucoup d'encouragements de la part des bénévoles, et aussi de la part d'autres coureurs, c'est sympathique. (J'aurai après course beaucoup de compliments !).

    Le dossard est assez grand et fait de carton très léger, ça sent la calamité. Comme je transpire beaucoup, ça ne traine pas : il se déchire dans un coin supérieur, puis dans le coin inférieur du même côté. Il me gène et comme beaucoup je l'arrache (mais je ne le jette pas par terre !).

    J'ai un peu de mal a maintenir le rythme sur le second tour, mais je parviens tout de même a ne pas ralentir. Sur la dernière ligne droite (dans le vélodrome), un gars me double en sprint, ça me motive et je lui emboîte le pas. Du coup je doublerai quelques concurrents et gagnerai une poignée de secondes au passage.

    Je terminerai en 54'36" à ma montre (54'37" officiel), et 486ème sur 797. Ma montre indiquera 9,97 kms et Sports-Tracker 9,91 kms. Mais même s'il manquait 100 mètres, je pense que j'étais plus rapide que mon précédent record sur 10 kms qui était 55'47". Il faut dire que j'avais mis mon slip rouge, ça doit jouer. :D

    (Pour info, le premier a terminé en 32'35", chapeau !).

    Cette année nous avons eu de la chance pour la météo. Habituellement il fait très chaud, cette année ce sera 19/20°C. Et même avec un peu de soleil au lieu de la pluie annoncée. Comme il restait des flaques, parfois assez grandes, c'était amusant de voir les chaussés faire tous les efforts possibles pour les éviter et ne pas salir leurs chaussures !

    Bref, une journée sympa. :)

    [​IMG]
    Votre serviteur dans le sprint final ! (Quelle détermination ! ;))

    Bonnes courses à tous ! ;)
    Clément
     
    Lambda, Florent85, Hora and 1 other person like this.
  4. mido

    mido
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    May 19, 2019
    Messages:
    40
    Likes Received:
    44
    Bien joué @c17, bravo pour ton RP !!
    Tu as vraiment du faire sensation avec ta tenue de cro magnon, sur la photo on voit bien que tous les regards sont tournés vers toi :D
    Tes chefs, Bruno et Gérald, étaient aussi de la course ?
     
    #904 mido, Jun 6, 2019
    Last edited: Jun 6, 2019
    Florent85 and c17 like this.
  5. Hora

    Hora
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    Jul 23, 2018
    Messages:
    81
    Likes Received:
    116
    Bravo belle course ! ;)
     
    Collapse Signature Expand Signature
    c17 likes this.
  6. c17

    c17
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    Nov 21, 2016
    Messages:
    364
    Likes Received:
    757
    Je n'ai pas pigé tout de suite, je cherchais dans mes collègues directs ! :)
    Maintenant que je vois de qui tu parles, non, ils n'étaient pas là. En même temps, je pense qu'ils savaient qu'ils risquaient de se prendre quelques croche pieds et/ou quelques coups de coude... :D
     
    Florent85 and mido like this.
  7. Hora

    Hora
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    Jul 23, 2018
    Messages:
    81
    Likes Received:
    116
    Tu bosses pour le ministère des finances ? Marrant, moi je bosse pour le ministère de la justice. ;)
     
    Collapse Signature Expand Signature
    c17 likes this.
  8. Florent85

    Florent85
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    May 29, 2016
    Messages:
    226
    Likes Received:
    605
    Coucou.

    Me voilà pour le CR du Trail de la Dent de Crolles, couru il y a presque 10 jours. C'est donc la 2ème fois que je participe à l'épreuve, ce coup-ci mon frère Sylvain m'a rejoint dans l'aventure, et ce fut aussi l'occasion de revoir une bonne partie de la famille basée dans les environs (~ Grenoble), bien sympa comme week-end a priori. La course en elle-même commençait par un KV (kilomètre vertical) de 5km le samedi en fin d'aprèm puis enchainait par un 23km, 1300mD+ le lendemain matin (il y avait aussi un 42km) ; Sylvain m'a accompagné sur les mêmes formats.

    Le KV : il se court en contre-la-montre, et comme nous avons un n° de dossard d'écart avec mon frère, nous partons l'un derrière l'autre à 20s d'intervalle. Je pars avec une cadence très rapide (entend les encouragements de Sylvain), et effectivement je double pas mal de coureurs en début de parcours. Mais ça va (enfin je crois que ça va...) j'ai l'impression de garder un bon rythme même si celui-ci baissa nécessairement ensuite. J'ai bien eu une mise en garde à un moment, quand mon gros orteil gauche buta contre 1 racine (+ de peur que de mal : seulement quelques fourmillements mais pas ouvert), mais c'est à 300m de l'arrivée que la tuile arriva : mon pied gauche buta sévèrement contre un rocher mal appréhendé, je trébuche et évidemment là c'est + de mal que de peur :blackeye:, je finis la course mais arrivé en haut la douleur se fait sentir, je saigne d'un orteil (avec en fait un ongle cassé bizarrement, à la base de l'ongle dans le sens de la longueur, même si je ne m'en rendis pas compte tout de suite), 1 autre sera violacé les jours qui suivirent... encore de la chance que ce ne soit pas cassé, mais encore aujourd'hui je sens que je dois rester vigilant concernant cette blessure. Je ne sais pas si cette dernière y est pour quelque chose (probablement oui), mais je me sentis véritablement épuisé à l'arrivée, et du coup je fus c'est vrai assez déçu quand j'appris les résultats : 15ème/80 en 51min36s ; je fais moins bien que l'an dernier (seulement 16s mais quand même), alors que j'espérais passer sous les 50min et qu'hormis l'épisode de ma blessure qui me géna certainement pour les 300 derniers mètres, les sensations étaient plutôt bonnes.
    Comment expliquer cette contre-performance relative ? Les jours avant la course, j'ai régulièrement tenté de rassurer mon frère qui hésitait à s'engager sur cette course, compte tenu de son peu d'entrainement, il est possible que ce discours m'ait fait perdre toute prudence, et du coup partir trop vite, et m'exploser le pied à 300m de l'arrivée :meh:... (au passage il semblerait que je ne sois décidément pas fait pour être en confiance, et donc viser un résultat, c'est dans ces moments-là que je me blesse et/ou que je fais une contre-performance relative). Peut-être aussi que l'Ultra Boucle de la Sarra a laissé quelques traces, et que mon corps n'était pas très entrainé à cet effort intense et de courte durée... Et peut-être enfin que mon niveau a baissé depuis l'an dernier... ça j'avoue ce serait dur à admettre o_O

    Bon en + de cette désillusion concernant le résultat, ma blessure rendait ma participation au 23km du lendemain incertaine. Je décidai de me réveiller malgré tout à une heure qui n'entraverait pas mon éventuelle participation. Et effectivement la nuit fut reposante, mes sensations concernant mon orteil étaient meilleures au réveil que la veille, je suivis donc mon frère pour le départ du 23km : selon la météo de la veille il ne devait pas réellement pleuvoir pendant la course, sauf que le ciel le jour J indiquait tout autre chose, et c'est donc sous la pluie que nous nous élançons mon frère et moi pour ce 23km (là par contre au niveau appréhension, j'étais servi : je craignais vraiment d'avoir à regretter d'avoir pris le départ de cette course, notamment compte tenu des conditions météo... et de ma blessure toute récente ; pour rappel je prends le départ de ce 23km en huaraches, avec des lacets tout neufs ;)). Je monte plutôt très bien, et je devais être dans les 12 premiers aux abords du point culminant, mais c'est là que les choses commencèrent à se gâter, l'argile présent dans les hauteurs devint de la gadoue avec la pluie, et c'est alors que la ourse prit une dimension artistique pour moi : des triple axel et triple boucle en veux-tu ? en voilà ; rapidement + aucune prétention au niveau de la place (je pris même le temps de ramasser une feuille d'ail de ours aux dimensions impressionnantes), juste la préoccupation de ne pas se blesser + (ce qui ne fut pas une mince affaire), et d'arriver au bout de ces 23km ; la gadoue débordante m'obligea à déchausser mes huaraches malgré l'appréhension au niveau de mes orteils ; quelle aventure ce fut là !! Alors que je quittai la forêt et que je pus renfiler mes huaraches définitivement à 4 km de l'arrivée, je fut rattrapé par une jeune femme qui avait le moral dans les chaussettes, ne comprenant pas comment ça se faisait que sa montre indiquait des infos concernant la distance qui resterait à parcourir en contradiction évidente avec ce qu'elle voyait autour d'elle en gros 4 km n'est pas égal à 2 km, et en fin de course pour le moral c'est une différence qui peut peser lourd... Moi qui connait bien cette fin de course, je m'engage à finir avec elle, autant rendre service, au point où j'en suis... Et je ne cessai donc de l'encourager tout en courant avec elle, et nous arrivâmes ensemble, se félicitant l'un l'autre. J'eus droit au micro, à la médaille écolo en bois, au traditionnel shut de Chartreuse pour fêter cette course dantesque, à la douche et à l'excellent repas bio, local et végétarien d'après-course (et oui ils font pas les choses à moitié au Trail de la Dent de Crolles), tout en retrouvant mon frère qui m'avait doublé pendant la course et qui avait même pu prendre une douche en m'attendant ; bref je finis au fin fond du classement, mais finalement je suis plutôt content de cette aventure, un état d'esprit bien plus positif à l'arrivée que pour le KV de la veille, alors que ma performance strictement sportive était bien meilleure...
     
    Hora, Rémi, mido and 2 others like this.
  9. c17

    c17
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    Nov 21, 2016
    Messages:
    364
    Likes Received:
    757
    Merci pour le récit et bravo tout de même Florent ! :)
    Concernant ta "contre performance" (je mets des guillemets parce que ton temps sur le KV semble loin d'être mauvais), te connaissant, je suis bien certain que tu n'en seras que plus motivé pour ta prochaine course !
     
  10. Florent85

    Florent85
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    May 29, 2016
    Messages:
    226
    Likes Received:
    605
    Merci c17 :).

    Concernant l'aventure du 23km, précisons que la descente de la course reprend précisément l'itinéraire du KV de la veille, avec donc 5 km avec une pente moyenne à 20% (et donc des maxima bien supérieurs : ~ 40%) ; sur du chemin forestier parfois argileux. Il était parfois préférable de laisser mes pieds glisser plutôt que de courir ou même de marcher, tellement les appuis étaient instables : tout ça pieds nus avec blessure. Tellement aventureux que j'espère pour l'organisation de ce trail très sympa qu'il n'y eut pas de blessé sérieux (parce que c'était quand même en montagne et qu'il y avait des endroits où il valait mieux éviter de tomber...

    Sinon si 1 coureur est intéressé pour tenté l'aventure sur l'ultra XT en version relais avec mon frère Helder, nous sommes preneur, les tronçons font entre 20 et 25km, c'est de vendredi soir à samedi et c'est près d'Oyonnax dans l'Ain (et c'est là aussi super et superbe ;)). Bon ça peut paraitre court pour s'inscrire mais apparemment il propose des places pour les retardataires... A bon entendeur... Et oui cette année je veux bien partager les kms ;)
     
    c17 likes this.
  11. mido

    mido
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    May 19, 2019
    Messages:
    40
    Likes Received:
    44
    51min sur un KMV c'est une véritable performance, et encore plus pour quelqu'un qui n'a pas des montagnes à disposition pour s'entrainer au D+ !!! Et par dessus ça, repartir le lendemain et se faire plaisir sur un 23k c'est top !! Bravo à toi Florent !!!
     
  12. mido

    mido
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    May 19, 2019
    Messages:
    40
    Likes Received:
    44
    Question : sur un KMV, tu parviens à alterner course et marche, ou alors c'est de la marche uniquement ?
     
  13. Florent85

    Florent85
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    May 29, 2016
    Messages:
    226
    Likes Received:
    605
    Merci Mido :)

    C'était un KV relativement roulant (5km c'est plutôt long pour un KV), donc j'ai pas mal couru ; j'ai du faire 90% course, 10% marche, je pense...

    Et j'avais oublié : bravo à toi c17 pour ta course et ta photo : superbe ;)
     
    c17 likes this.
  14. Florent85

    Florent85
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    May 29, 2016
    Messages:
    226
    Likes Received:
    605
    Me voilà pour le CR de l'ultra-XT, couru autour d'Oyonnax, dans le Jura, le week-end dernier.

    Alors pour poser un peu le contexte, j'avais passé une bonne semaine de travail bien fatigante (seul au lieu d'une équipe de 3), tant et si bien que je ne me vois pas partir en stop dès le jeudi soir, ce qui fait que je me lève bien tôt pour moi le vendredi, et pars pour une journée de stop, avec l'"impératif" de pouvoir prendre le départ à 18h à Oyonnax le soir même : chaud patate ! J'arrive finalement à Oyonnax vers 16h30 (je suis pas trop mauvais en auto-stop hein ?? :D). Je prends mon dossard, celui de mon frère, qui fera la course en relais avec moi et demande si mon autre frère peut s'inscrire en dernière minute : non pas de relais à 3 proposé :(. La conséquence directe, c'est que c'est définitivement confirmé que je partirai à 18h et que je me taperai cette année 123km d'une traite (et oui si mon 2ème frère avait pu participé, il aurait pris le départ à 18h, et m'aurait évité de parcourir ce 1er tronçon de 21km... là je ferai quasiment les 3 premiers quarts de la course jusqu'au ravito de Giron au 123ème km, où je laisserai mon frère finir).

    Ma préparation à cet ultra est déplorable, mais je pars puisqu'il est temps : j'essaye d'adopter tout de suite une bonne foulée (pas faire la même erreur que l'an dernier) : alors je ne me suis pas mis pieds nus les premiers km (comme évoqué dans un précédent message), mais j'ai fait quelque chose que j'avais déjà essayé : fermer les yeux sur quelques foulées, et j'ai l'impression que ça marche bien. Je monte moins vite que l'an dernier, arrivé en haut j'accélère un peu, en douceur, mon lacet gauche se casse en décente, mais ça va je me blesse pas : je dois prendre du temps pour réparer (~10mn), puis c'est au tour de mon lacet droit de se dénouer. Bon c'est vrai que mes lacets étaient particulièrement serrés, et bêtement je me contentai à ce moment-là de renouer simplement mon lacet, plutôt que de le rallonger avec un autre lacet pour le desserrer (comme je dus le faire du côté gauche). Autrement mon rythme est plutôt élevé, sans être aussi traumatisant que l'an dernier, il y a bien un peu de boue, puisque la pluie vient de tomber, j'appréhende la suite... dans la descente très sympa sur Nantua, je m'éclate, et j'arrive au ravito de Nantua après 21km en 2h45min.

    Je prends le temps se bien me ravitailler et je repars, tranquillement, en marchant. Là encore dans la côte, je force moins que l'an dernier, je marche + mais ça va encore, même si assez rapidement je me dis : "pourquoi me suis-je à nouveau engagé dans cette aventure, qui + est en étant aussi peu préparé ??" (en fait initialement cette course n'était pas un objectif, c'est le plaisir de le faire avec mon frère que ça bottait bien qui m'a décidé). La nuit tombe, mais ça va je me sens moins lutter que l'an dernier. J'arrive au ravito de Corcelles (44km) en 6h.

    Là encore je prends bien le temps de m'alimenter, je m'auto-masse le genou droit, et je repars assez rapidement : comme je sens le froid, j'enfile ma veste coupe-vent, que j'enlèverai quelques minutes + tard. L'an dernier j'avais apprécié ce tronçon nocturne où les sentiers forestiers sont majoritaires, idem cette année, surtout que cette fois-ci il y a un raccourci, et on évite la descente bien casse-patte de l'an dernier. il fait aussi + doux que l'an dernier. J'arrive donc au ravito d'Hauteville (60km) en 8h40min.

    Je m'allonge un peu, profite de la très bonne soupe faite maison :hungry:, évite les cacahuètes :D et je repars, en prenant enfin la décision de rallonger mon lacet droit pour pouvoir le desserrer. Je sais ce qui m'attend, donc je cours peu. Et après quelques minutes pour sortir de la ville, la piste de ski se présente : même si je n'eus pas les mêmes déboires que l'an dernier, ça resta dur, la descente, un peu mieux, même si à un moment, arrivant à un carrefour, et ne voyant pas de balise, j'hésite, avec ceux qui me suivent nous pensons dans un premier temps filer tout droit, mais c'est un cul de sac (malgré la rubalise qui ressemble au balisage). J'opte pour essayer à gauche ou à droite sur le carrefour, mais les coureurs qui arrivent successivement ont tous le réflexe de filer tout droit eux aussi, bien que j'essaie de les en dissuader, l'un propose d'appeler le PC course, ce que j'approuve puisqu'au moins ça permet d'officialiser que le balisage est un peu light à cet endroit, mais malheureusement, le gars de l'orga, au bout du fil, a du mal à identifier l'endroit à partir des infos qu'on lui fournit, et on finit par faire du "hors piste" à travers champ : ce fut pénible, surtout avec mes sandales ; je crois que je m'en suis voulu aussi de ne pas avoir tenté de faire quelques dizaines de mètres sur le chemin de droite au carrefour, puisque c'était l'option la + probable (et finalement la bonne, après consultation du tracé sur le site) :mad:. Bon ensuite c'est le canyon et donc les pieds dans l'eau froide, je déchausse rapidement, bien que le terrain soit très abrupte, à cause des pentes sévères quand on remonte ou redescend les bords du canyon (les cordes présentes sont bien indispensables), et des cailloux disparates dans le fond, avec les pieds dans l'eau : je dois avouer que j'aurais apprécié de pouvoir profiter de ce décor en dehors de la course, là ce fut presque pénible... Bon après ça remonte, et alors que je sens une forte envie de dormir (et oui même en courant), on finit par arriver au ravito des plans (81km) au bout de 14h de course pour ma part.

    Je me ravitaille et comme j'attendais le ravito pour ça, je m'allonge pour faire une vraie bonne sieste sous le soleil du matin. Du coup je repars après + d'1h et un passage aux toilettes, tranquillement, mais une fois passé le point culminant, je profite du terrain propice à la course pour redonner du rythme, la pluie arrive, mais heureusement ne s'installe pas, et je pus continuer ainsi jusqu'au point d'eau où l'an dernier j'avais calé sévère. Psychologiquement j'appréhende, et du coup je ne me pose pas outre mesure, me contente de remplir ma bouteille d'eau et repars rapidement, le rythme reste bon, et je parviens même à profiter à fond de paysages magnifiques sur le plateau de Retord :joyful:. Je continue ainsi jusqu'à l'aire de décollage de parapente qui surplombe tout, et la descente s'effectua comme une lettre à poste (alors que souvenez-vous j'avais bien galéré à ce niveau de la course l'an dernier, même s'il faut rappeler que j'avais alors 10km de + dans les jambes, ceux gagnés cette année juste avant Hauteville, et qu'on a droit cette fois-ci à une variante bien - raide). Je double beaucoup malgré la boue, et à la fin de cette descente, je rattrape un gars qui marche, je lui demande si ça va, il me répond sans pudeur : "non". Je m'arrête de courir, m'enquiers de son souci : problème à la cheville depuis le 60ème. Je décide de faire le dernier km jusqu'au prochain ravito (où lui compte abandonner :() en marchant à ses côtés, même si je sais que mon frère devra m'attendre un peu. On papote et on arrive donc ensemble au ravito du Poizat, km 103, en 18h43min. Je me ravitaille, et je repars sans trop attendre : là encore je me sens plutôt bien et veux en profiter et ne veux pas non plus faire trop attendre mon frère. Je repars en marchant, et une fois la petite côte passée, je reprends la course et descend assez bien jusqu'à la traversée de la rivière Le Combet, où il fut tentant d'aller rejoindre un groupe de jeunes gens qui pataugeaient les pieds dans l'eau limpide, alors que la chaleur commence à se faire sentir. Et avant de commencer le dur de la côte, nous passons devant les Marmites de Géant : somptueuses, magnifiques :playful::playful:. Tout cela est une nouveauté, en effet cela ne faisait pas partie du parcours l'an dernier... Cela dit, si le début de la côte qui suit est plutôt sympathique, la pente qui s'accentue puis le relief en dents de scie finissent par grignoter le moral, sans compter que mon stock d'eau est un peu juste alors que les heures chaudes de la journée arrivent : heureusement je sais que pour moi c'est bientôt la fin, j'arrive au ravito de Giron, km 123, en 22h40min, après un bon dernier 400m à ~20km/h (alors que le relief est accidenté), et avant de remettre ma puce à mon frère qui poursuit la route pour tenter de boucler ces 165km.

    Analyse de la course : ma forme médiocre au moment du départ et mes déboires avec mes sandales ont rendu la 1ère moitié de course fastidieuse, alors que le rythme était + pépère que l'an dernier et ma foulée visiblement + adéquate : la pensée "dans quel merde me suis-je encore fourré ?" montre bien cela. Au 2/3 de la course, je subis encore ma forme médiocre puisque je suis obligé de m'arrêter longuement aux Plans. Ensuite je pus tirer partie de mes aptitudes de courses pour tirer profit des portions de plat et de descente et peut-être aussi de l'expérience et entraînement accumulé notamment à l'occasion de l'Ultra boucle de la Sarra ; en revanche l'absence de bâtons s'est cette fois encore bien fait sentir dans les côtes sévères, et puis de toutes façons faut pas se leurrer, mon terrain de jeu et mon entrainement approximatif ne me permettaient pas de tirer mon épingle du jeu sur ces portions raides.

    Analyse du résultat : De bonnes sensations à l'arrivée, ce qui rend le résultat un peu frustrant : les 1ères paroles de mon frère Sylvain à l'arrivée au ravito de Giron, au bout des 123 km, furent celles-ci : "je comprends rien Florent, tu es capable de courir un dernier 400m particulièrement rapide, tu parais relativement frais, quand je vois les autres qui tirent la patte et la langue à côté, comment ça se fait que vous arriviez dans le même temps ??" Bon c'est sûr déjà que ceux qui arrivaient en même temps que moi étaient pour la plupart sur le format solo, et qu'ils devaient se taper encore 42km (moralement ce n'est pas la même chose), mais c'est vrai que ça n'explique pas tout. Comme sur l'Ultra Boucle de la Sarra, je crois que je voulais profiter autant que possible, sans me blesser. Et donc les auto-massages furent nombreux, les arrêts au ravito longs (notamment aux Plans avec + d'1h), et le rythme - explosif (et foulée + arrondie : ça c'est sans doute l'élément le + important, je confirme) que l'an dernier ; du coup je n'ai pas eu ce coup de moins bien au 105ème, au contraire, c'est presque là que je fus le mieux. Aussi ma difficulté à monter raide (absence d'entraînement spécifique, et de bâtons), induisait que je me faisais régulièrement rattraper/doubler dans les cotes avant de revenir dans les descentes et sur le plat : donc forcément si l'arrivée s'effectue sur une portion courante, ça donne l'impression de facilité pour moi :cool:, mais avec une arrivée en côte sévère, ça aurait été bien moins pétaradant :hungover:

    Ben voilà : je ne l'aurais pas dit ainsi si j'avais été interrogé sur les 2 premiers tiers de ma course, mais je peux le dire maintenant : ce fut une bien belle aventure, familiale, ultra naturelle, physique à souhait. A l'année prochaine ?? (pas sûr, ça... pof pof pof, faut pas exagérer hein...)
     
    Zygielle, GT179, Rémi and 2 others like this.
  15. c17

    c17
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    Nov 21, 2016
    Messages:
    364
    Likes Received:
    757
    Donc si j'ai bien compris, comme tu étais fatigué de ta semaine, que tu n'étais pas préparé, que tu n'as presque pas dormi avant la course, tu n'as fait que 123 kms (3 marathons) ? :eek:

    Blague à part, chapeau Florent. C'est énorme, comme d'habitude ! ;)
     
    Patou likes this.
  16. mido

    mido
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    May 19, 2019
    Messages:
    40
    Likes Received:
    44
    Balèze balèze, ça me laisse rêveur ton enchainement de courses longues distances !! Dis moi, quel est ton passif en course à pied (et en sport de manière générale) pour avoir autant d'endurance ET de vitesse ET de puissance en côtes ?
     
  17. Florent85

    Florent85
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    May 29, 2016
    Messages:
    226
    Likes Received:
    605
    Merci c17, merci Mido :)

    Pour répondre à ta question, j'avais écrit ça il y a 9 mois :

    Bon c'est vrai qu'il y a un petit côté auto-flatteur à la fin, et aussi pas tout a fait juste : évidemment le découragement finit par arriver tôt ou tard ; aujourd'hui par exemple je me sens bien moins dans une dynamique positive qu'il y a 9 mois, moins de motivation, moins de prétexte pour sortir courir...

    Sinon j'ai donc fait pas mal de longs périples à vélo avant de courir, ce qui a du travailler le mental et l'endurance, et avant encore le football, ce qui a du travailler la vitesse et l'explosivité (et donc probablement la "puissance" pour les côtes) : je continue aujourd'hui à pratiquer ces 2 sports [edit : le terme activités me conviendrait mieux au passage], à côté de la course à pieds, de manière moins intense.
     
    #917 Florent85, Jun 29, 2019
    Last edited: Jun 29, 2019
    mido, Rémi and c17 like this.
  18. Zygielle

    Zygielle
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    Sep 24, 2017
    Messages:
    71
    Likes Received:
    140
    Un petit partage de ma course nature courue hier dans les bois de Rouvres-la-Chêtive, Rebeuville et Certilleux, Vosges de la plaine (c'est moins sexy que les Marmites de Géants de Florent 85, mais c'est tout de même bien joli...). "La trace des loups", 18 km, plein de degrés Celsius malveillants, une préparation moyenne parce que tout de même, il fait chaud ces temps-ci et que j'ai un peu de boulot.
    L'idée de départ était de courir en FFV spyridon, mais par 35°C, j'ai craqué, et vu la canicule et connaissant le parcours, je savais que je n'aurais pas à craindre la boue, donc j'ai chaussé mes huaraches les plus épaisses, ai pris mes FFV dans le camelbak et suis partie avec pour seul objectif de terminer ma course ailleurs que dans les bras des messieurs de la Croix Rouge.
    J'en ai bavé des ronds de chapeau. Je cours dans les bois très souvent, mais en m'épargnant la chaleur et les falaises et autres coulées de chevreuils à dénivelé alpin. Et c'était à ce jour mon "trail" le plus long.
    Au 11ème kilomètre, le nœud sous la semelle droite lâche (devant le photographe que je n'ai vu qu'après coup). J'avais vérifié le matériel et l'avait jugé bon pour le service, mais je pense que j'avais sous-estimé le côté abrasif du parcours. La prochaine fois, je refais les deux nœuds correctement. Je déchausse et me tâte à peu près une 1 seconde avant de décider qu'il fait vraiment trop chaud pour mettre les FFV. En outre, il n'y avait plus de dénivelé raide dans les cailloux sur le reste du parcours. J'ai donc fait les 7km restants pieds nus (on applaudit la dame et ses pieds bien fort), avec : chemins herbeux, chemins en terre battue, aiguilles de sapin, branchettes cisaillées (reste des affouages), faînes (ouille), "chemins jaunes" - petits cailloux de calcaire partout partout (ouille, ouille et re-ouille) qui m'ont, les maudits, freinée comme jamais. J'ai essayé de courir dans l'herbe, mais il y avait des ronces sur le côté, puis c'étaient les prés fauchés (aïe !), bref, cette dernière partie avant le macadam m'a tuée.
    J'arrive sur le macadam pour le dernier kilomètre avec un enthousiasme qui n'avait d'égal que celui de la jeune femme que j'avais doublée dans les falaises, avant le 7ème kilomètre, et qui arrivait à toute berzingue sur le chemin jaune, galvanisée par la vision de la folle qui se traînait devant elle sans chaussures. Elle me double en rigolant. Le macadam s'améliore petit à petit, donc j'accélère (eh oui, ma cocotte, on a son honneur et sa plante des pieds sélectionnée pour les championnats de France, accroche-toi, j'arrive), et je la marque à la culotte (à 10 mètres). Elle se retourne, un peu surprise, essaie d'accélérer, et trois cents mètres avant l'arrivée s'arrête net. Jubilation.
    Je suis 2ème V2F (sur deux) et 72ème sur 76, mais je l'ai fait, et même pas mal.

    Sinon, j'ai une question pour vous, c17 : c'est vous, le tailleur de votre costume ? J'aimerais bien une tenue de Pierrafeu, moi aussi. La photo est épatante !
     
    Collapse Signature Expand Signature
    Florent85, Patou and c17 like this.
  19. c17

    c17
    Expand Collapse
    Barefooters
    1. France

    Joined:
    Nov 21, 2016
    Messages:
    364
    Likes Received:
    757
    Bonjour Zygielle, merci pour le récit et bravo pour ta course ! ;)

    Pour le costume, non, ce n'est pas moi. :( Il y a deux ans, on avait participé Florent(85) et moi à une course dans mon coin, la cro-magnon, où les déguisements sont encouragés. Il me semble qu'on s'était décidé tardivement, du coup j'avais acheté un truc en vitesse sur Amazon (je peux te retrouver le lien si tu le souhaites). Par contre ce qui est cool c'est que le costume est en polyester, soit la même matière que les habits "techniques" ! ;)
     
    Zygielle and Florent85 like this.
  20. Zygielle

    Zygielle
    Expand Collapse
    Barefooters

    Joined:
    Sep 24, 2017
    Messages:
    71
    Likes Received:
    140
    J'ai un peu regardé sur le net les costumes de Cro-magnonnes : c'est drôlement moins bien en modèle femme, on se croirait dans Barbarella. Mais je retiens le coup du polyester... parce que j'ai une machine à coudre... :)
     
    Collapse Signature Expand Signature
    c17 likes this.

Share This Page